L’initiative pour des multinationales responsables: protégeons les droits humains et l’environnement

De quoi s’agit-il?

Les violations des droits humains et les atteintes à l’environnement commises par des multinationales domiciliées en Suisse font régulièrement les gros titres des médias. Conditions de travail inhumaines dans les usines textiles, travail des enfants dans les plantations de cacao, pollutions causées par l’exploitation minière : il est temps de mettre un terme à ces pratiques inacceptables et contraires à l’éthique.

Pour y parvenir, une large coalition d’organisations de développement, environnementales et de défense des droits humains a lancé l’initiative pour des multinationales responsables. Cette initiative demande des règles contraignantes pour que les entreprises respectent les droits humains et l’environnement, aussi dans leurs activités à l’étranger. La concurrence économique serait plus équitable. En effet, pourquoi les nombreuses entreprises suisses qui se comportent déjà de façon exemplaire devraient-elles être désavantagées par rapport à des concurrents sans scrupules ?

Une coalition de 78 organisations

78 organisations de la société civile et de nombreuses personnalités soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables.

Pourquoi l’initiative pour des multinationales responsables est-elle nécessaire?

A l’instar des activités de Shell au Nigeria, de Dow Chemical à Bhopal ou encore des marques de la mode dans des pays à bas salaires, d’innombrables cas illustrent depuis des décennies les violations des droits humains et les atteintes à l’environnement commises par des multinationales. Les sociétés suisses ne font pas exception. C’est ce que montre une étude récente à partir des données du Centre de Ressources sur les Entreprises & les Droits de l’Homme . Depuis une dizaine d’années, ce centre documente sur son site (business-humanrights.org) les dénonciations de violations des droits humains et offre la possibilité aux entreprises de réagir. Il s’agit de la base de données de ce genre la plus large au monde. Elle ne couvre pourtant qu’une partie des incidents, puisqu’elle présente uniquement les cas portés à l’attention du public par des individus, des ONG ou des médias. Un coup d’œil sur les filières les plus touchées permet d’observer qu’une part importante des dénonciations concerne des secteurs où les entreprises suisses sont fortement représentées, en particulier celui des matières premières.

La Suisse est la 20e puissance économique mondiale. Toutefois, elle se situe à la 9e place en nombre de cas documentés par pays. Elle se hisse même au 5e rang si l’on rapporte ces cas au PIB. Plusieurs exemples emblématiques illustrent cette situation.

  • Herbicide mortel
    Herbicide mortel
    Syngenta vend du Paraquat dans plusieurs pays en développement, alors même qu’elle sait que ce pesticide controversé ne peut pas y être utilisé d’une manière adéquate.
    Glencore au Congo
    Glencore au Congo
    Dégradation de l’environnement et violence policière
    Violations des droits des travailleurs
    Violations des droits des travailleurs
    Triumph est l’une des rares multinationales au monde dans l’industrie textile qui possède ses propres usines, par exemple en Thaïlande. La maison-mère suisse est directement responsable des conditions de travail locales.

Comment fonctionne l’initiative pour des multinationales responsables?

L’initiative pour des multinationales responsables demande que
les sociétés soient tenues de protéger les droits humains et l’environnement dans l’ensemble de leurs relations d’affaires. Ce devoir de diligence s’applique également à leurs activités à l’étranger.

was-kann-ich-tun

Ce que vous pouvez faire